Accueil > La vie des académies > La vie de la Région académique > Déclaration liminaire de l’UNSA 10 septembre 2019

Déclaration liminaire de l’UNSA 10 septembre 2019

Article publié le mercredi 11 septembre 2019
  • Version imprimable

Passage obligé
 
Nouvelle rentrée, nouvelle donne ? L’UNSA espère que cela soit le cas pour les personnels région et état, afin qu’ils puissent exercer leurs métiers avec plaisir et fierté. Pour ce qu’il en est du CIAEN, on est loin du compte.
Au vu de la préparation de cette instance, on a la nette la sensation que c’est un passage obligé pour nos employeurs.

 

Côté Région, le dialogue est marginal voire portion congrue. Pour mémoire, il n’y a pas eu de réunion avec le pole lycée de novembre à juin. Celles de fin août se sont révélées être davantage des réunions d’information que de travail. L’UNSA salue toutefois l’effort de la DRH car elle a rendu compte de ses processus d’évaluation des postes TOS en établissement. Les représentant.e.s des personnels que nous sommes attendent de ces rdv intermédiaires nécessaires d’avoir un tour d’horizon des trois académies et des propositions concrètes à amender. Il n’y aucun intérêt pour le bien des élèves et des personnels à être
mis devant les projets bouclés en réunions préparatoires. Ou alors, c’est une drôle de conception du dialogue social. Si elle est assumée, nous la dénonçons.

 

Côté Etat, nous soulignons que l’engagement pris de présenter à ce CIAEN un état des lieux de l’avancée des discussions autour du fonctionnement de la région académique n’a pu être honoré. Nous attendrons une prochaine instance ou bien une audience, car à ce niveau de gestion, nous saluons le fait que le dialogue ait toujours été maintenu.

 

Nous avons certes tant de choses à traiter au niveau régional mais nous constatons qu’en cette rentrée, nous ne parlerons pas de l’avenir des CIO et de la lutte contre le décrochage scolaire, des dispositifs de lutte contre la grande pauvreté et vers les mineurs isolés, de structure pédagogiques en lycée, de l’accompagnement des élèves en situation de handicap…

 

Avec le point sur Parcoursup, on aura peut-être une idée de l’accompagnement et de soutien proposé aux élèves et à leurs familles. Pour l’UNSA Education, nos préconisations n’ayant été suivies qu’à moitié, on constate encore trop de retard d’affectation et d’insatisfaction des élèves et des personnels en charge de leur accompagnement ou inscription. Il va sans dire que l’incompatibilité des procédures de Parcoursup et des Internats s’est encore révélée bloquante et stressante cette année. Nous attendons d’avoir aujourd’hui des éléments de comparaison en pourcentages et non en valeur absolue sur le dispositif à n+1. Combien d’élèves passés en CRAES, CAES, insatisfaits ou en attente fin
août… N’est-ce pas l’occasion de convoquer la Commission du Supérieur ?
 
Comme il est de coutume dans cette instance de traiter les points à l’ordre du jour dans la liminaire, voici encore quelques éléments d’analyse, livrés par mon collègue pour relancer votre attention.

Sur la DGFL : une fois de plus, du fait de l’effort financier demandé par l’Etat, il n’y a pas d’augmentation du taux à l’élève et au mètre carré. Il est bloqué depuis de nombreuses années. Compte tenu de l’inflation, cela se traduit par une dégradation progressive des moyens de fonctionnement alloués aux EPLE. Pour le reste, nous avons bien vu qu’il y avait peu de changements dans les procédures de la DGFL. 

Un focus parisien, car c’est un gros morceau financier d’actualité :

- Sur les cités scolaires parisiennes, il reste une incertitude sur la construction du budget 2020 et même sur la fin de l’exercice 2019. La convention entre la ville de Paris et la Région a expiré le 1er juillet 2019. Les nouvelles conditions de reversement au titre du service de restauration entre les deux collectivités ne sont toujours pas actées. La baisse du crédit nourriture élève engendrée par les nouvelles modalités de reversement à la Région de l’intégralité des recettes dépassant 3 euros par repas est source de préoccupation pour ces établissements. Il en va de même pour tous les établissements qui accueillent une proportion importante d’usagers autres que lycéens. Une lettre a été adressée par les cités scolaires à la Ville de Paris en juillet. Le lourd travail d’harmonisation va encore être gelé avec les municipales. Cette situation enkystée est très compliquée pour les personnels et nuit à la compréhension des familles.

- Sur l’intégration des lycées municipaux : vous disiez qu’on y verrait plus clair à l’automne. Un peu d’avance en cet été indien. La DGFL est affichée comme calculée au prorata des mois pris en charge par la région sur la base du calcul de la municipalité. Que se passera-t-il quand cela passera totalement à la région ? Quel accompagnement sera envisagé s’il y a un différentiel notable à a baisse ?

En dehors de la DGFL, les moyens mis à la disposition des EPLE (subventions pour travaux ou subventions et dotations d’équipement) baisse régulièrement.

 

Sur les manuels scolaires : on constate avec un goût amer et de déjà vu la mise en place progressive, avec des retards et des difficultés de tous ordres. Ce peut être la livraison des manuels papier ou le déploiement des manuels numériques. Les budgets photocopies vont exploser dans les établissements. Reconnaissons que les changements de programmes ministériels tardifs n’ont aidé en rien. On ne peut plus que déplorer que la région ait sous-estimé la charge que cela serait.

 

 

Enfin, sur le PPI. Ce document semble incomplet. Il donne une impression d’opacité de gestion. Depuis plusieurs années, ce qui est écrit n’est pas forcément fait. Des actions ont lieu ou des promesses sont faites aux établissements sans que les instances en soient informées. Quelques ex. concrets : il est indiqué la livraison de la rénovation du gymnase Villon de Paris dans l’opération Louis Armand en septembre 2019. Or, rien n’a été fait en réalité. Au lycée Newton de Clichy La Garenne, les caméras externes livrées en juin et les clôtures de cet établissement subissant des intrusions dangereuses régulières ne sont visiblement pas arrivées à la bonne adresse. On pourrait en citer tant d’autres. Une question nous taraude : comment allez-vous tenir votre PPI 2020 ? Certaines études ne sont même pas encore lancées ?

 

 

Pour conclure, comme annoncé en juin, L’UNSA sera toujours force de proposition. Toutefois, le doute de la sincérité apportée au dialogue social est permis. On en constate les effets néfastes sur les élèves et les personnels. Nous devrons donc nous s’opposer, si nécessaire, aux propositions de la région ou de notre employeur afin de rétablir les équilibres.

 

Vos représentant.e.s UNSA : Bruno Bobkiewicz, Thierry Callier, Béatrice Dupont, Benoît Kermoal, Pauline Laby-Le Clercq et Frédéric Tisler


 
 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP